Search form

Poussière des mines et cendres de l’autochtonie: Le projet Pascua Lama (l'État), et le processus de réémergence des Diaguita du Chili

Cahier: Mouvements autochtones : Regards sur la transformation des stratégies et des identités politiques
Auteur(s): 
Anahy Gajardo
Mots-clés: 
autochtonie
compagnies minières
néolibéralisme
Diaguita
Chili

Cet article examine le processus contemporain de (re)construction de l’autochtonie des Diaguita du Chili en cours, depuis le début des années 2000, dans un contexte de conflit en lien avec le projet minier Pascua Lama de l’entreprise Barrick Gold Corporation. Le processus de réémergence de l’autochtonie diaguita, le développement du projet Pascua Lama et le mouvement social d’opposition à ce dernier se développent et se déroulent simultanément à partir du début des années 2000 dans un même espace géographique, social et politique : le Huasco Alto, au nord du Chili. Près de 15 ans après le début du projet, les Diaguita sont à la fois les principaux opposants à Barrick Gold et parmi les cibles privilégiées des actions de responsabilité sociale de l’entreprise. Au demeurant, l’analyse de ce processus est révélatrice de la logique inhérente du multiculturalisme néolibéral et des mécanismes menant à la construction d’une autochtonie compatible avec les intérêts des compagnies minières et les critères établis par l’État.

logo contenu