Formulaire de recherche

Conférence de Ndéye Gnagna Gning, le lundi 5 décembre 2016, sur le thème: "Homosexualité et VIH dans le contexte africain : limites et possibilités de la prévention médicalisée".

22 Novembre 2016

Dans le cadre des conférences scientifiques organisées par l’axe Santé des populations et pratiques optimales en santé du CRCHU de Québec, vous êtes cordialement invité(e) à assister à la conférence de Ndéye Gnagna Gning, le lundi 5 décembre 2016.

Affiche sur le lien suivant : http://www.crchudequebec.ulaval.ca/activities/1702

Conférencière :     Ndéye Gnagna Gning

                                     Docteure en anthropologie de la santé/anthropologie sociale et culturelle

                                     Chercheure associée au LAM (Les Afriques dans le Monde)

                                     IEP Bordeaux, France

Titre :                         Homosexualité et VIH dans le contexte africain : limites et possibilités de la prévention médicalisée

Date :                         Lundi 5 décembre 2016

Heure :                      12h – 13h30

Lieu :                          Hôpital du Saint-Sacrement, salle E2-03 (2e étage)

Visioconférence : Sur demande (ginette.desbiens@crchudequebec.ulaval.ca)

Objectifs d’apprentissage :

Au terme de cette présentation, les participants seront en mesure de :

  • mieux situer l’apport de l’anthropologie dans la lutte contre le VIH chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes dans le contexte africain.
  • disposer des connaissances sur le vécu et l’expérience des hommes aux identités sexuelles multiples.
  • saisir la dimension sociale et subjective du VIH dans la prévention, l’accès aux soins et aux traitements et réaliser l’importance de l’associer à l’approche biomédicale.

Résumé :

De nos jours, les nouveaux outils biomédicaux de prévention suscitent des espoirs et rassurent sur l’adoption d’une approche exclusivement biomédicale auprès des populations les plus touchées par le VIH, dont les hommes aux identités sexuelles multiples (MSM « Men who have sex with men » dans le contexte de la lutte contre le sida). Cependant, la prévention médicalisée est une approche comportementale. Ce qui implique que la dimension subjective du VIH chez les populations concernées reste ignorée. Alors que la situation de l’homosexualité au Sénégal (Niang et al, 2002 ; Gning, 2013) et ailleurs en Afrique (Broqua 2004 ; Awondo, 2012) pose questions quant aux possibilités de la prévention médicalisée auprès des hommes aux identités sexuelles multiples en raison de plus facteurs.

Dans cette présentation, je propose ainsi de réfléchir sur les limites et les possibilités de la prévention médicalisée auprès des hommes impliqués dans des rapports sexuels avec des hommes. Afin de ne pas répéter les erreurs du passé, je propose d’interroger les logiques sociales, politiques, économiques de l’épidémie du VIH et les conditions dans lesquelles ces populations ont accès à la prévention, aux soins et aux traitements, leurs conditions d’existence, de travail, etc. En termes plus clairs, il sera question de mettre l’accent d’une part sur la dimension sociale de l’homosexualité (le déni institutionnel, la violence structurelle, les rapports de pouvoir et de domination, les inégalités de classe et de genre, la situation économique, etc.), d’autre part sur la dimension individuelle (le rapport à soi, à la sexualité, à la maladie et aux IST) et la manière dont elles influent sur la santé sexuelle de ces publics.

Mots clés : Homosexualité, Hommes aux identités sexuelles multiples, Prévention médicalisée, VIH, IST, Sénégal.

Ginette Desbiens

Agente administrative

Centre de recherche du CHU de Québec – Université Laval

Axes Santé des populations et pratiques optimales en santé (SP-POS), Oncologie et Médecine régénératrice CUO

Hôpital du Saint-Sacrement

1050 chemin Sainte-Foy, local K0-03

Québec, Québec G1S 4L8

Tél: 418-682-7390

ginette.desbiens@crchudequebec.ulaval.ca

logo contenu