Search form

Logique d'exclusion, d'intégration ou d'inclusion?

Cahier: Étudiant-e-s autochtones : Expériences et parcours au postsecondaire
Auteur(s): 
Léa Lefevre-Radelli
Laurent Jérôme
Mots-clés: 
intégration
inclusion
éducation
autochtones
université.

Alors qu’à Montréal, l’Université Concordia, l’Université McGill et l’Université de Montréal ont mis en place des structures d’accueil des étudiants autochtones, l’Université de Québec à Montréal (UQAM) n’a à l’heure actuelle développé aucune politique institutionnelle en la matière. Les étudiants autochtones y sont donc invisibles : leurs expériences et leur nombre n’y sont pas connus. Entre 2013 et 2016, une recherche a été réalisée en partenariat avec le Cercle des Premières Nations de l’UQAM (CPNUQAM) pour documenter l’expérience de ces étudiants, leurs obstacles et leurs facteurs de soutien, et émettre des recommandations auprès de l’institution. Les entrevues semi-dirigées réalisées auprès de 12 étudiants ou anciens étudiants ont permis de confirmer des données documentées dans d’autres universités québécoises, tout en faisant émerger des résultats spécifiques à l’UQAM. En se basant sur la différence entre exclusion, intégration et inclusion, cet article examine les effets de l’absence de reconnaissance des réalités autochtones au sein de l’établissement. Il apparait ainsi qu’à l’heure actuelle, tout l’effort d’adaptation repose sur les étudiants eux-mêmes, qui doivent connaître et maîtriser les codes, la pensée, la langue et la culture organisationnelle de la société majoritaire pour pouvoir étudier et réussir. 

logo contenu